Télédétection

  • Surveillance des Passes du Bassin d’Arcachon entre 1986 et 2001 par imagerie satellite SPOT

    L’objectif  de  ce  rapport  est  de  mettre    en  évidence  l’évolution  morphologique  à  court  et  à  moyen terme en utilisant la télédétection spatiale (SPOT) et aéroportée  des bancs et des chenaux du Bassin d’Arcachon au niveau des Passes, du Delta de la Leyre et du Delta du Canal des Etangs.

    La comparaison des images de 2000 et 2001 montre un recul de 130m de la partie ouest de la Pointe du Cap Ferret. Les petits chenaux (Passottes) se sont déplacés vers le sud de 280 à 360m. La Passe de navigation  s’est  déplacée  vers  le  sud,  de  140  à  190m.  Le  Banc  du  Chien  se  referme  sur  le  Banc  de Matoc. La largeur de la Passe Sud diminue.

    La comparaison des images SPOT de 1987 et 2001 permet de décrire l’évolution des formes côtières à  l’intérieur  des  Passes.  La  Pointe  du  Cap  Ferret  a  reculé  de  600  m  environ.  Le  Banc  de  Bernet  a rejoint  le  Banc  du  Chien,  fermant  le  Chenal  Traversier.  Le  Banc  du  Chien  s’est  déplacé  de  380m  à 1 420 m vers le sud-sud-est. Il est en train de se refermer autour du Banc de Matoc. La Passe Sud a migré vers le sud, entraînant un recul de la côte de la Lagune de plus de 550 m.

    A partir des images SPOT et de photographies aériennes, on observe des variations sur le Delta de la Leyre au cours des 15 dernières années.

    D’une façon générale, les chenaux majeurs sont stables et ne présentent pas de modifications. Mais à  l’intérieur  de  ces  chenaux,  des  bancs  de  sable  se  déplacent  (de  20  à  40  m  en  15  ans)  vers  l’aval, sous la poussée hydraulique du débit fluvial de la Leyre, probablement en période de crue. En ce qui concerne  la  zone  du  delta  au  sens  strict,  entre  le  Domaine  de  l’Escalopier  et  l’Ile  de  Malprat,  une branche orientale s’est en grande partie colmatée. Cette évolution peut favoriser le développement de la végétation entre la Leyre de Biganos et le Port d’Audenge.

    L’évolution  du  secteur  du  Delta  du  Canal  des  Etangs  est  décrite  en  comparant  essentiellement  des photographies aériennes prises en 1984 et 2000. Les principales modifications observées sont dues à une  obstruction artificielle  réalisée  le  long  de  la  rive gauche  du  Canal.  Cette  osbtruction  ferme  une sortie  vers  le  chenal  de  l’llon  Hourquet,  ce  qui  entraîne  le  rétrécissement  de  plusieurs  chenaux secondaires  avec  progression  de  la  végétation  sur  les  crassats.  Par  contre,  cette  chenalisation artificielle renforce le drainage de l’Estey du Pout, le long du littoral de Claouey.

    J-M Froidefond et P. Castaing (CNRS/Université de Bordeaux 1)

    SIBA, ADERA, CNRS, Université de Bordeaux 1

    2001
    81
  • Surveillance des passes du Bassin d’Arcachon en 2004 par image satellite SPOT 5 – Evolution depuis 1947

    Cette étude a pour objet de mesurer, à partir d’images satellites SPOT 5, le déplacement des bancs de sable et d’établir l’hypsométrie SPOT des zones intertidales et subtidales des Passes en utilisant les sondages bathymétrique et les données satellites enregistrées au cours de l’été 2004.

    Les  points  de  sondage  bathymétrique  sont  superposés  sur  les  images  satellites.  Les  valeurs d’intensité lumineuse de chaque pixel de l’image sont alors corrélées avec les profondeurs mesurées.
    Des équations de calibration sont obtenues. Appliquées à l’ensemble de l’image, elles permettent d’obtenir une cartographie des zones intertidales, là où la vedette de sondage ne peut accéder. 

    L’analyse des images satellite entre 1999 et 2004 montre le déplacement progressif vers le sud des bancs et chenaux, à une vitesse d’autant plus grande que ces formes sableuses sont situées face aux houles océaniques. Ce déplacement vers le sud s’explique par le courant de dérive nord-sud induit par le déferlement des houles dominantes, légèrement obliques à la côte. La zone située entre la Pointe du Cap Ferret et le Pyla est occupée en majeur partie par le Banc de Bernet. La sortie de la Passe Sud s’élargit, d’où la possibilité d’une réactivation temporaire de celle-ci.

    La comparaison avec les photographies aériennes de 1947 à 1984 permet d’avoir une vue à moyen terme de l’évolution des Passes et de proposer une prévision à court terme. La passe Nord devrait poursuivre sa migration vers le sud, au détriment du Banc d’Arguin qui va aller en s’amenuisant.

    L’érosion  de  la  côte  sud  devrait  s’atténuer,  et  la  tendance  s’inverser  avec  une  pro-gradation  du littoral. La Passe Nord se confondra alors avec la Passe Sud qui devient active. La petite Passe située au nord du Banc du Toulinguet deviendra la future Passe Nord alors que le Banc du Toulinguet sera à l’origine de la formation d’un nouveau Banc d’Arguin.

    J-M Froidefond et P. Castaing (Université Bordeaux 1)

    SIBA, ADERA, CNRS, Université de Bordeaux 1

    2004
    79
  • Evolution du banc de Bernet de 1999 à 2003

    Cette analyse a été faite à partir de cinq images SPOT 5 (de juillet 1999 à août 2003).

    Il apparait que le banc en forme de chevron s’est déplacé vers le Sud-Est de 300 m environ, entre 1999 et 2003. Il a fermé le chenal traversier qui séparait cette partie Sud du Banc de Bernet de la Pointe Nord du Banc du Chien. On montre également le déplacement des autres bancs sableux avec notamment l’élargissement d’un lobe de jusant et sa migration vers le sud; et l’élargissement du petit chenal longeant la plage des Abatilles.

    J-M Froidefond et P. Castaing (Université Bordeaux 1)

    SIBA, ADERA, CNRS, Université de Bordeaux 1

    2004
    5