« Zéro pesticide » dans les communes du Bassin d’Arcachon !

bottes
1

Le suivi et l'expertise sur les phytosanitaires et biocides au niveau du Bassin d'Arcachon et de ses bassins versants a fait l'objet d'un réseau spécifique, animé par le SIBA de 2010 à 2019, appelé REPAR. Désormais, il est intégré dans un réseau unique, dédié aux micropolluants, appelé "REMPAR".

0

Les communes du SIBA ont fait le choix, en 2010, de ne pas attendre d’être au pied du mur pour aborder sereinement la nécessaire transition vers le "zéro pesticide".

Ainsi, le territoire du SIBA a tôt semé la graine d’un entretien durable des espaces verts et des voiries dans le respect à la fois de notre environnement et de la santé de tous. Cet élan a pris racines dans la détermination des élus du SIBA et des équipes municipales qui n’ont pas hésité à questionner leurs pratiques et à innover pour être à la hauteur de l’enjeu.

Aujourd’hui, chaque commune qui le souhaite peut mettre en place accompagnée du SIBA, une gestion écologique et différenciée de ces espaces verts afin d’adapter la nature et l’intensité des soins de chaque espace aux usages, à la fréquentation, au rendu esthétique souhaité mais aussi au potentiel en termes de biodiversité.

Véritable outil méthodologique, le plan de gestion différenciée est une étape importante permettant d’acter la mise en œuvre de cette nouvelle gestion dans chaque commune. En voici 4 exemples, co-construits entre le SIBA et les communes d'Andernos-les-Bains, de Lège-Cap Ferret, du Teich et de Lanton :

Un nouveau projet pour atteindre l’objectif zéro pesticide : CITECO (des CImetières et Terrains de sport Écologiques pour les 12 COmmunes du Bassin d’Arcachon)

Beaucoup des villes du Bassin rencontrent encore des difficultés de mise en place d’une gestion plus écologique et sans produits phytopharmaceutiques sur les terrains de sport et cimetières.

Les terrains de sport sont souvent des espaces artificialisés où la santé du gazon repose sur des équilibres agronomiques sensibles. Ces gazons sont, plus qu'ailleurs, sujets à des problématiques phytosanitaires, notamment le développement de maladies cryptogamiques.

Les cimetières constituent quant à eux des lieux sensibles du fait de la complexité de leur aménagement et de leur caractère affectif et symbolique. Les « mauvaises herbes » ne sont souvent pas acceptées et le choix de laisser la végétation se développer peut faire naître un sentiment d’irrespect chez les familles des défunts. Pourtant, les cimetières jouent un rôle important dans la trame verte urbaine et dans l’enrichissement de la biodiversité en ville.

Le projet CITECO, en partie financé par la Région Nouvelle-Aquitaine, a donc été initié en 2021 afin de développer une action opérationnelle d’accompagnement groupé des 12 communes vers une gestion écologique et en « zéro pesticide » de ces espaces, en faisant notamment appel à plusieurs structures expertes dans ces domaines pour apporter des solutions techniques innovantes en termes d’entretien ou d’aménagement paysager.

 

0