PROJET REMPAR 2014-2019 : Présence et devenir de micropolluants d’intérêt dans le réseau d’assainissement du Bassin d’Arcachon

Entre 2015 et 2018, plusieurs campagnes d’analyses ont été réalisées dans le système d’assainissement collectif du Bassin d’Arcachon afin de cartographier l’empreinte en micropolluants organiques (pesticides, médicaments humains, hormones, conservateurs, filtres-UV), métalliques et organométalliques.

Globalement, pour les micropolluants organiques, l’empreinte en entrée et sortie des stations d’épuration ainsi que leur rendement d‘élimination est cohérent avec ce que l’on retrouve au niveau national. Pour les pesticides, si l’empreinte dans les eaux usées brutes et traitées est dominée par le glyphosate et l’AMPA, ceci ne se retrouve pas au niveau de l’intra-Bassin, dont l’empreinte est dominée par les métabolites du S-métolachlore. Globalement, l’élimination des diverses classes de pesticides est faible à nulle dans les STEP. Enfin, depuis 2008, on note une évolution pour certains pesticides (augmentation des teneurs en diuron et terbutryne notamment), en lien avec des changements d’usage correspondants aux évolutions de la réglementation (passage d’un usage agricole à un usage biocide dans les produits de construction). Les filtres-UV sont présents en entrée et sortie de STEP ; leur élimination est variable. Le profil dans les eaux usées diffère de celui des plages du Bassin avec moins d’octocrylène mais la présence d’’oxybenzone (utilisé majoritairement dans les cosmétiques). L’empreinte en pharmaceutiques et leurs rendements d’élimination sont cohérents avec ce qui est retrouvé au niveau national. Les concentrations en pharmaceutiques sont globalement stables depuis 2008 à l’exception de quelques molécules. Enfin, l’élimination des conservateurs et des hormones recherchés est presque totale dans les STEP.

Pour les éléments traces métalliques (ETM), les suivis rapportent des teneurs plus élevées en plusieurs éléments, notamment Al, dans les eaux brutes du Sud Bassin (STEP de La Teste de Buch) par rapport à celles du Nord-Bassin (STEP de Biganos). Pour l’Al, ceci devrait être lié à la présence en amont du réseau d’une usine de potabilisation utilisant Al comme coagulant et rejetant les boues de lavage de ses filtres dans le réseau public d’assainissement. Cependant, les rendements d’élimination des STEP sont cohérents avec ce qui est retrouvé dans le projet Amperes et les teneurs en ETM en sortie des STEP sont cohérentes avec les résultats de ce projet. Le rejet de l’industrie papetière Smurfit kappa (SKCP) présente un profil spécifique vis-à-vis des rejets urbains, notamment en Al, Mn, Ti, V, Cr, Mo, Pb et Cd. Pour Al, il s’agit possiblement d’un transfert de cet élément depuis la rivière Lacanau, prise d’eau principale de SKCP, les teneurs en Al étant naturellement élevées dans le territoire. Le rejet final au Wharf (exutoire unique des eaux usées traitées du Bassin d’Arcachon à l’océan) reste influencé par les rejets de SKCP pour plusieurs ETM  (Al, Ti, V et Cr). Avant rejet à l’océan, les teneurs en ETM sont à des niveaux proches des normes de qualité environnementales (NQE) et des concentrations prédites sans effet (PNEC) pour le milieu marin. Après rejet au Wharf, la modélisation de la dispersion des rejets suggère que pour les ETM, les teneurs après dilution sont très inférieures aux NQE et aux PNEC pour le milieu marin.

Enfin, les oganoétains qui étaient détectés en 2011 en différents points du réseau ne le sont plus en 2017 et 2018 dans la phase dissoute. Des différences de LQ entre les différentes périodes d’analyses ne permettent pas de conclure avec certitude pour la phase particulaire.

L’observation de certaines différences entre les eaux brutes arrivant aux STEP de La Teste et de Biganos va faire l’objet d’études complémentaires afin d’en connaître les raisons.

Jean-Philippe BESSE, Stéphane VRIGNON, Sabine JEANDENAND (SIBA), Laura MOURET, Nathalie TAPIE, Thomas CORRALES, Karyn LE MENACH, Patrick PARDON, Hélène BUDZINSKI (UMR 5805 EPOC-LPTC), Jean Dumont (UT2A)

Agence de l'eau Adour Garonne, Agence Française pour la biodiversité (AFB/OFB), Ministère de la transition écologique et solidaire

2019
92