Socio-Economie

  • Etude intégrée du Bassin d’Arcachon

    L'étude intégrée du Bassin d'Arcachon éclaire les grandes tendances de l'évolution naturelle et socio-économique  intervenant  dans  et  autour  du  bassin.  Elle  montre  que  la  bonne  qualité  des composantes de l'environnement local (eau, sédiment, matière vivante) a pu être maintenue en dépit  de  l'expansion  urbaine  et  industrielle,  au  prix  d'équipements  importants  en  matière d'assainissement. Mais la densité croissante d'occupation de l'espace côtier ainsi que l'intensification des activités tendent à fragiliser le système.

    Au cours de l’étude, l’évolution morphologique de la zone a pu être précisée :  

    •  la communication entre le Bassin et l’océan n’est pas menacée ; en revanche, des changements importants de la côte et des bancs de sable vont nécessiter,
    • dans le secteur des passes, une adaptation des sites d’exploitation (ostréiculture, loisirs, tourisme) ;
    • à l’intérieur du Bassin enfin, le réseau hydrographique va se simplifier par colmatage des chenaux secondaires, le nord du bassin continuant à se combler.  

    Ceci pose la question de l’entretien des espaces naturels et d’exploitation (parcs à huîres, plages).
    Une modélisation hydrodynamique a permis d’expliquer le fonctionnement du Bassin et de simuler l’effet des aménagements hydrauliques actuels, de manière à en vérifier la portée et les limites.

    Les  sujets  qui  ont  perturbé  la  profession  ostréicole,  tels  que  les  nuisances  provoquées  par  les peintures de bateaux à base d’étain (TBT) ou la prolifération d’algues vertes, due à l’agriculture intensive sur les bassins versants, ont montré la sensibilité du Bassin d’Arcachon à l’introduction de substances et d’espèces étrangères au milieu. Ces dangers justifient l’extrême vigilance des usagers et des habitants. D’où la nécessité, pour rendre supportable une inéluctable évolution, d’innover dans la gestion des activités du Bassin d’Arcachon.

    Reposant à la fois sur un bilan des connaissances et sur l’apport d’informations nouvelles, l’étude propose donc un certain nombre de mesures pratiques telles que :

    • des travaux d’entretien du milieu pour maintenir les mécanismes naturels,
    • l’adaptation des projets (ports, urbanisation) supportables pour le milieu,
    • des choix de développement pour le Bassin, effectués à l’échelon intercommunal,
    • la mise en place d’une cellule de suivi donnant les moyens d’une meilleure maîtrise de l’évolution de ce milieu particulièrement sensible.

    J-M. Bouchet, J-P Deltreil, F. Manaud, D. Maurer et G. Trut (Ifremer - Arcachon)

    Consultable et téléchargeable au lien suivant : https://archimer.ifremer.fr/doc/00081/19254/

     

    SIBA , Conseil Général de Gironde, Ifremer, IERSO, CREOCEAN, Université de Bordeaux 1, Cemagref, SSA, SABARC

    1997
  • Les outils de gouvernance, de gestion et de planification sur le Bassin d‟Arcachon. Quelles implications pour les professionnels de la pêche et de la conchyliculture ?

    Le Bassin d’Arcachon se situe en Aquitaine, sur la façade atlantique française. C’est une lagune ouverte sur l’océan, d’environ 150 km² à marée haute, et 40 km² à marée basse.

    Sur ce territoire travaillent des pêcheurs et des conchyliculteurs. Ce territoire dispose également de plusieurs outils de gestion, gouvernance et planification, parmi lesquels on trouve :

    • Natura 2000 en mer
    • Parc naturel marin
    • Sites du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres
    • Réserves naturelles nationales
    • Schéma d’aménagement et de gestion des eaux
    • Schéma de mise en valeur de la mer
    • Schéma de cohérence territoriale

    Face aux réflexions actuelles sur un projet de parc naturel marin sur le Bassin, les professionnels de la pêche et de la conchyliculture (Comité Local des Pêches Maritimes et des Elevages Marins d’Arcachon, Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins d’Aquitaine, Comité Régional de la Conchyliculture Arcachon-Aquitaine) ont souhaité mieux comprendre le rôle de chacun de ces outils, comment ils pouvaient interagir entre eux, et avec les activités des professionnels de la mer. Ils ont demandé à ce que ce travail soit réalisé dans le cadre du projet MAIA, et fasse l’objet d’un rapport synthétique et pratique.

    Ce rapport présente donc les principales caractéristiques de chacun de ces outils (objectifs, situation sur le bassin d’Arcachon, fonctionnement, pouvoirs juridiques…), ainsi que leurs potentielles incidences (atouts et contraintes) sur la pêche et la conchyliculture. Enfin, lorsque cela est possible, est présentée une analyse de l’articulation de ces outils.

    Alice Khayati (AGLIA-MAIA)

    Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins d'Aquitaine (CRPMEM), Association du Grand Littoral Atlantique (AGLIA)

    2011
    67