Nettoyage DPM

  • Nettoyage des parcs ostréicoles du Banc de la Matelle : étude d’impact après travaux (t0)

    Moins d’un mois après les travaux de nettoyage du banc de la Matelle, le constat est le suivant :

    • L’herbier à Zostera marina de 0,8 ha, à la pointe occidentale du banc a été détruit, malgré nos recommandations de le préserver. La disparition de cet habitat a entraîné logiquement la disparition des espèces inféodées (hippocampes, seiches, …). Aucune restauration n’est observée. Des crépidules éparses sont observées à la place. La faune des sédiments (=faune endogée) est en phase de recolonisation.
    • La zone nettoyée et ensablée est déjà colonisée par une faune opportuniste d’invertébrés. Aucun herbier à Zostera noltii n’a repoussé. L’herbier non impacté de la partie orientale du banc est toujours aussi clairsemé et abrite des peuplements non caractéristiques. Cette dernière remarque laisse penser que la zone de biocompensation (suite à la destruction d’herbiers sur le site de la Dispute) ne doit pas forcément être recherchée sur la Matelle.

    X. de MONTAUDOUIN, M. COTTET, P. LEBLEU, Laboratoire d’Océanographie Biologique, Station Marine d’Arcachon, Université Bordeaux 1

    Observatoire Aquitain des Sciences de l'Univers

    SIBA

    2005
    34
  • Nettoyage des parcs ostréicoles du Banc de la Matelle : étude d’impact après travaux (2010 = t+5 ans)

    Plus de 5 ans après les travaux de nettoyage du banc de la Matelle, le constat est le suivant :

    • L’herbier à Zostera marina de 0,8 ha, à la pointe occidentale du banc et qui avait été détruit malgré nos recommandations de préservation, ne s’est pas re-développé. Les quelques pieds de zostères observés en 2006 n’ont pas été retrouvés. Les fonds ont changé avec un développement de moules et de crépidules. Cette hétérogénéité de substrat a stimulé les effectifs et la diversité de mégafaune. La présence de crépidules est cependant préoccupante, leur biomasse représentant aujourd’hui presque 80% de la biomasse totale de cette mégafaune.
    • La zone nettoyée et ensablée est colonisée par une faune opportuniste d’invertébrés (et par un recrutement en 2010 d’un bivalve qui disparaîtra sans doute rapidement). Aucun herbier à Zostera noltii n’a repoussé. L’herbier non directement impacté par les travaux de la partie orientale du banc, disparu en 2008, n’a pas repoussé. Cette dernière remarque confirme le sentiment exprimé lors des précédents rapports qui laissait penser que la zone de biocompensation (suite à la destruction d’herbiers sur le site de la Dispute) ne doit pas être recherchée sur la Matelle.
    • Au vu des résultats de ces études menées entre 2002 et 2010, de la disparition quasi irréversible dans un proche avenir de l’herbier à Zostera marina (pointe occidentale), de la stabilité de la structure benthique des sédiments intertidaux (sans observation de pousse d’un herbier à Zostera noltii qui par ailleurs est en régression générale dans toute cette région), nous recommandons l’arrêt du suivi scientifique de cette zone (banc de la Matelle).

    UMR EPOC- Station Marine d’Arcachon, Université Bordeaux 1- X. de MONTAUDOUIN, C. BINIAS, B. VEBRET, N. LAVESQUE

    2011
    43
  • Eradication des massifs d’huîtres sauvages – Bassin d’Arcachon

    Le  nettoyage  du  Domaine  Public  Maritime  non  concédé  du  Bassin  d’Arcachon  présente  plusieurs intérêts :

    • la lutte contre la prolifération des huîtres sauvages diminuera la compétition trophique avec les huîtres cultivées et supprimera des collecteurs naturels (récifs) de naissain ;
    • l’enlèvement des rochers d’huîtres améliorera la courantologie du Bassin ;
    • la suppression des récifs améliorera la sécurité pour la navigation dans les chenaux internes ;
    • le nettoyage valorisera l’image du Bassin d’Arcachon.

    Il  a  été  décidé  une  évaluation  préalable  de  la  quantité  des  déchets  à  traiter  selon  la  méthode suivante :

    • utilisation de photographies aériennes et du cadastre conchylicole ;
    • introduction  des  données  dans  le  SIG  des  Affaires  Maritimes  pour évaluer  la  surface  à nettoyer ;
    • campagnes de terrain pour renseigner la qualité des parcelles identifiées ;
    • estimation  des  volumes  à  enlever  à  partir  de  la  cartographie,  en s’appuyant  sur  trois expériences de nettoyage déjà menées.

    L’étude présente les résultats de cette évaluation avec un atlas cartographique des parcelles (Qualité des parcs et nature des déchets). Une estimation de plus de 400 000 m3  de parcs sales non concédés est faite.

    F. Coeffard (IMA Arcachon, Observatoire AGLIA), H. Debort et J-M Germain (Affaires maritimes Arcachon)

    SIBA; Direction des affaires maritimes de la Gironde; IMA; SRC, CG 33; Ifremer Arcachon; Service maritime et de navigation de la Gironde

    1999
    75
  • Station Marine d’Arcachon. Nettoyage des parcs ostréicoles du banc de la Matelle : étude d’impact après travaux (t+3 ans)

    Dans  le  cadre  du  Contrat  de  Plan  Etat/Région  2000/2006,  à  titre  expérimental,  il  a  été  décidé d’opérer un nettoyage sur la partie occidentale du banc intertidal de la Matelle, connaissant une prolifération d’huîtres « sauvages ».  

    Les huîtres devant être enfouies dans la souille de La Dispute, creusée au détriment d’un herbier, une zone de biocompensation d’au moins 14 ha devait être laissée libre de concession ostréicole sur la Matelle pour une éventuelle recolonisation par la zostère naine (Zostera noltii).
    Malgré  les  recommendations  émises,  l’herbier  à  grande  zostère  (Zostera  marina)  de  la  pointe occidentale du banc, de taille modeste, a été détruit. Une éventuelle recolonisation est suivie.
     
    Trois ans après les travaux de nettoyage du banc de la Matelle, le constat est le suivant :

    • l’habitat « récif » a aujourd’hui disparu, ce qui était l’objectif des travaux.
    • l’herbier  à  Zostera  marina  de  0,8  ha,  à  la  pointe  occidentale  du  banc  ne  s’est  pas  re-développé. Les fonds ont changé avec un développement de moules et de crépidules. Ce type de substrat a entraîné une augmentation des effectifs et la diversité de la mégafaune. La présence de crépidules est cependant préoccupante et doit être suivie, leur biomasse ayant été multipliée par 30 en 3 ans.
    • la zone nettoyée et ensablée est colonisée par une faune opportuniste d’invertébrés. Aucun herbier  à  Zostera  noltii  n’a  repoussé.  L’herbier  épars  non  directement  impacté  par  les travaux de la partie orientale du banc a, pour la première année, complètement disparu. la zone  de  biocompensation  ne  doit  donc  pas  être  recherchée  sur  la  Matelle  car  les  zones environnantes  ne  comportent  pas  d’herbier  suffisamment  dense  pour  assurer  une recolonisation.

    X. de Montaudouin, A. Nadau, H. Blanchet, N. Lavesque et B. Gouillieux (Université Bordeaux 1)

    SIBA; OSU; Station Marine d’Arcachon

    2009
    40