Nettoyage des parcs ostréicoles du Banc de la Matelle : étude d’impact après travaux (t+1 an)

Plus d’un an après les travaux de nettoyage du banc de la Matelle, le constat est le suivant :
-L’herbier à Zostera marina de 0,8 ha, à la pointe occidentale du banc qui avait été
détruit, malgré nos recommandations de le préserver, ne s’est pas re-développé. La
disparition de cet habitat a entraîné logiquement la disparition de la plupart des
espèces inféodées (syngnathes, seiches, …). Cependant, quelques pieds de zostères ont
été observés (vestige ou colonisation ?) et quelques hippocampes ont été capturés. Des
crépidules éparses sont observées à la place et se sont développées depuis les dernières
campagnes d’échantillonnage. La faune des sédiments (=faune endogée) n’a pas
atteint un état d’équilibre.
-La zone nettoyée et ensablée est déjà colonisée par une faune opportuniste
d’invertébrés. Aucun herbier à Zostera noltii n’a repoussé. L’herbier non impacté de la
partie orientale du banc est toujours aussi clairsemé et abrite des peuplements non
caractéristiques. Cette dernière remarque confirme le sentiment exprimé lors du
précédent rapport qui laissait penser que la zone de biocompensation (suite à la
destruction d’herbiers sur le site de la Dispute) ne doit pas forcément être recherchée
sur la Matelle.

EPOC-Station Marine d’Arcachon, Université Bordeaux 1- X. de MONTAUDOUIN, M. COTTET,N. LAVESQUE,H. BLANCHET,P. LEBLEU

2006
48