Qui contacter (24H/24) ?

Pour les 10 communes riveraines du Bassin d'Arcachon : Arcachon, La Teste de Buch, Gujan-Mestras, Le Teich, Biganos, Audenge, Lanton, Andernos-les-Bains, Arès, Lège-Cap Ferret : société ELOA
au 05 57 17 17 20

Pour Marcheprime et Mios : société SUEZ EAU FRANCE
au 09 77 40 11 17

Accéder à la page
Appels d'urgence
east

Marchés publics, accords cadre

Les mises en concurrence menées par le SIBA sont accessibles sur le profil acheteur suivant : https://demat-ampa.fr

Service commande publique du SIBA à votre écoute :
16 allée Corrigan
CS 40002 33311 ARCACHON Cedex

05 57 52 74 74
commande.publique@siba-bassin-arcachon.fr

Accéder à la page
Marchés publics
east

Les rendez-vous du Siba

  • Lundi 17 juin 2024
    Lundi 17 juin 2024
    COMMISSION REMPAR
    Lancement du Guide « Accueillir la biodiversité dans nos jardins du Bassin d’Arcachon » 15h00 sur le site du Camping communal des Pastourelles de Lège-Cap Ferret
  • Jeudi 27 juin 2024
    Jeudi 27 juin 2024
    Comité Social Territorial (CST)
    9h30 - Pôle Assainissement à Biganos - Salle Mapouchet
  • Lundi 23 septembre 2024
    COMITE SYNDICAL
    à 18h00 au 16 allée Corrigan à Arcachon
  • Mercredi 18 décembre 2024
    COMITE SYNDICAL
    à 18h00 au 16 allée Corrigan à Arcachon
  • Mardi 11 février 2025
    COMITE SYNDICAL
    à 18h00 au 16 allée Corrigan à Arcachon
Accéder à la page
Rendez-vous
east

Horaire des marées

15/06/2024

Marées Haute mer Basse mer
Accéder à la page
Calendrier des marées
east

Les applications cartographiques du Siba

  • e-navigation
  • e-reseaux
  • e-urbanisme
Accéder à la page
des Applications
east

REPAR : REseau Pesticides Bassin d'Arcachon Action 2 : Quantification de la présence. Résultats des analyses chimiques sur prélèvements ponctuels 2010

La connaissance des niveaux de pesticides dans le bassin d’Arcachon (et plus particulièrement dans l’intrabassin) reste parcellaire. Des études spécifiques ont permis de mettre en évidence la présence d’un certain nombre de molécules phytosanitaires, principalement des herbicides et des molécules «anti-salissures». Ces études limitées dans le temps ont montré l’importance d’une fréquence d’échantillonnage élevée afin de pouvoir suivre l’évolution de la contamination des phytosanitaires dans le temps et la nécessité de réactualiser en permanence la liste des molécules suivies.

Le Réseau Pesticides du Bassin d’Arcachon (REPAR), au travers de l’action 2 se propose donc de suivre de façon spécifique et régulière au cours de l’année une liste de molécules phytosanitaires remises régulièrement à jour en fonction de l’évolution des usages.

Les résultats présentés dans ce rapport sont les données obtenues sur la première année de suivi du réseau REPAR. Dans ce cadre, une centaine de molécules correspondant aux usages identifiés sur le Bassin d’Arcachon et son bassin versant ont été suivies.

Les concentrations observées dans l’intrabassin sont globalement plus faibles que celles retrouvées dans les tributaires. La Leyre a été identifiée comme étant le vecteur majoritaire d’apport de pesticides vers le Bassin d’Arcachon, elle apporte en moyenne 835 g.j-1 de pesticides, soit plus de 90% des pesticides introduits dans le Bassin.

Cette première année de suivi a également permis de mettre en évidence les variations des profils de contamination des pesticides au cours des saisons. Un premier pic de concentration est observé durant la période printanière, essentiellement due à l’usage agricole du métolachlore. Un deuxième pic de concentration en période hivernale est également observé. Ce pic pourrait être du au relargage de métolachlore de la nappe phréatique vers les tributaires et le Bassin d’Arcachon.

Les pesticides les plus présents dans les tributaires et l’intrabassin étant le métolachlore et ses métabolites, l’agriculture peut être identifiée comme la source principale de pesticides dans le Bassin d’Arcachon. La deuxième source clairement identifiée de pesticides dans le bassin d’Arcachon est une source interne au Bassin, le nautisme. Il contribue via les peintures antisalissures à l’apport de molécules telles que l’irgarol, le diuron, le DSMT... La présence de molécules telles que l’imidaclopride laisse également suspecter une source domestique de pesticides.

L’approche chimique doit donc être couplée à une approche écotoxicologique afin de pouvoir conclure sur l’impact toxique potentiel des pesticides. En effet la concentration d’une molécule dans l’environnement ne peut pas directement corréler à un effet toxique.

Mots clés
Auteurs

H. Budzinski; N. Tapie et A. Belles (Université de Bordeaux 1 - UMR EPOC - LPTC)

Organismes partenaires

Université de Bordeaux 1, SIBA, Agence de l'Eau Adour-Garonne

Version numérique
Date de publication
2011
Nombre de pages
15
Type de consultation
Consultable en ligne