Mouvements de terrain

  • Compte-rendu des observations relatives aux impacts de la tempête Xynthia sur le littoral aquitain

    La France a été frappée les 27 et 28 février 2010 par une violente tempête, baptisée Xynthia, qui a balayée une large bande du territoire allant des Pyrénées aux Ardennes. Après cet événement, le réseau d’observateurs de l’Observatoire de la Côte Aquitaine (ONF, BRGM, SIBA) s’est mobilisé pour initier  un  état  des  lieux  du  littoral  aquitain.  Le  présent  document  synthétise  les  observations recueillies immédiatement après la tempête et n’a pas vocation à faire une analyse détaillée des processus ayant conduit à ces événements ni à une évaluation quantifiée des dégâts.  
     
    Des observations et des relevés ont été effectués sur l’ensemble du littoral aquitain, hors estuaire de la Gironde : sur la côte sableuse, de la Pointe de Grave jusqu’à l’Adour, sur la côte rocheuse entre l’Adour et la Bidassoa et sur le Bassin d’Arcachon.
    Les observations concernent différents types d’aléas en fonction du contexte : l’érosion côtière, les submersions marines et les mouvements de terrain.
    Un 2ème événement conjuguant des vents, des marées et des houles importants est survenu le 30 mars 2010 et fait également l’objet d’une évaluation.
     
    D’une  manière  générale,  les  secteurs  les  plus  concernés  par  la  tempête  Xynthia  sont  le  Bassin d’Arcachon pour la submersion marine et la côte océanique de Gironde pour l’érosion côtière. Le reste du littoral océanique des Landes et des Pyrénées Atlantiques a connu peu d’impact vis-à-vis de cette tempête.
    Le niveau d’érosion des plages décroît du nord au sud de l’Aquitaine. Les secteurs les plus touchés par cette érosion marine sont la pointe nord de la Gironde et les bordures des passes du Bassin.

    D’une façon générale la dune a bien joué son rôle de  protection et d’amortisseur. Cependant, elle a souffert et des crédits exceptionnels de remise en état seront nécessaires.
    Sur les falaises rocheuses de la côte basque, peu d’impacts ont été observés.
    La submersion marine concerne l’ensemble des zones basses du Bassin d’Arcachon. A la différence de la tempête Klaus qui avait essentiellement endommagé le quartier du Mauret à Andernos-les-Bains, l’ensemble du pourtour du Bassin a été atteint durant Xynthia. Des hauteurs d’eau maximales mesurées sont inférieures à 90 cm sur des distances pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres à l’intérieur des terres, depuis le trait de côte.

    S. Aubié, B. Daubet, J. Favennec (ONF), C. Mallet et J. Mugica (BRGM)

    OCA, ONF, BRGM, Région Aquitaine, CG 33, CG 40, CG 64, SIBA

    2010
    40