Etude hydraulique du Canal des Landes

Le Canal des Landes est l’exutoire nord, vers le Bassin d’Arcachon, de l’étang de Cazaux-Sanguinet lequel  appartient  à  la  chaîne  des  étangs  landais  avec  l’étang  de  Parentis-Biscarrosse  et  l’étang d’Aurilhan.  Ces étangs, qui communiquent entre eux en cascade, débouchent au sud, dans l’océan, à Mimizan via le courant de Mimizan.

Le Canal des Landes est un canal artificiel long de 13,5 km pour une pente moyenne de 1,5 m/km.

Suite aux débordements du Canal des Landes intervenus dans le secteur de la zone industrielle de La
Teste, en janvier 1994 et avril 1998, le SIBA a décidé d’engager une réflexion hydraulique afin de :

  • préciser la nature des dysfonctionnements ;
  • cerner les aménagements aptes à améliorer les conditions d’écoulement.

Le recueil des données comprend les caractéristiques morphologiques du Canal et de ses ouvrages, leur  gestion,  la  localisation  des  apports  affluents  et  les  données  hydrologiques  reconstituant l’événement de 1994.  Il montre que l’écluse de La Teste est l’ouvrage principal de régulation des transferts dans le canal, avec la conjugaison du niveau du lac amont et de l’état d’ouverture des vannes.

Le  modèle  hydraulique  existant  de  la  chaîne  des  étangs  landais  a  été  complété  pour  prendre  en compte  le  Canal  des  Landes  et  ses  ouvrages.  L’influence  de  différents  facteurs  physiques  a  été recherchée comme événement dimensionnant pour les aménagements projetés : ouverture brutale de l’écluse de La Teste, apports intermédiaires exceptionnels, marée aval exceptionnelle.

Il  apparait  que  seule  l’ouverture  brutale  des  vannes  de  l’écluse  de  La  Teste  est  susceptible  de modifier notablement le débit dans le Canal (+50% ponctuellement).

La  nature  des  aménagements  envisagés  consiste  à  abaisser  la  crête  de  déversement  du  seuil  en palplanches  situé  en  amont  de  l’A660  ainsi  que  d’un  seuil  situé  en  aval  qui  provoque  quelques débordements  ponctuels.  Ces  aménagements  sont  sans  influence  sur  les  volumes  d’eau  douce transférés au Bassin, les débits transités par le Canal des Landes ou les niveaux d’eau en aval. Seuls les niveaux d’eau en amont immédiat des deux ouvrages seront abaissés de quelques décimètres en crue et en étiage, sans mise au sec des biefs tenus pas ces ouvrages.

SOGELERG SOGREAH

SIBA, SOGELERG SOGREAH

1998
41