Impact du creusement de la nouvelle souille de Dispute sur les peuplements benthiques (+15 mois)

Dans le cadre du Contrat de Plan Etat/Région 2000-2006, il était envisagé des travaux dans le Bassin d’Arcachon visant à limiter la prolifération des huîtres dites « sauvages » principalement installées sur des structures dures d’anciens parcs ostréicoles.
Le site de la Matelle a été envisagé pour mener un projet pilote. L’un des aspects délicats de ces opérations de nettoyage est le devenir des matériaux. Les ferrailles, bois, plastic, etc… bénéficient d’une évacuation à terre. Deux solutions ont été étudiées pour le devenir des coquilles : clapage dans la Passe Nord ou enfouissement dans le Bassin. c’est la seconde qui a été retenue.
La zone d’enfouissement se situe au milieu du Bassin, au lieu-dit « Dispute », au bout de l’estey du Réservoir. Cette souille de 4 ha et de 4 m de profondeur, complète une ancienne souille, aujourd’hui pleine, de 0,5 ha. Elle se situe au milieu d’un herbier à Zostera noltii. L’objectif est d’y stocker environ 100 000 m3 de substrat coquillier.

Quinze mois après les travaux sur la zone de la Dispute, le constat est le suivant :

  • l’herbier à Zostera noltii a été recouvert sur une 30aine d’ha par les sédiments provenant du calibrage de l’Estey du Réservoir et du creusement de la souille de la Dispute, soit le double de la surface prévue. Ces sédiments semblent devenir plus grossiers dans le temps, sans doute par une action de lessivage des sédiments les plus fins.
  • les peuplements benthiques ont été profondément modifiés. Quantitativement, il y a une perte en biomasse qui peut se répercuter par une perte de 14 t de production annuelle pour les prédateurs. Qualitativement, la baisse de diversité est nette (richesse spécifique divisée par 2) et la structure du peuplement bouleversée.
  • l’herbier environnant paraît fonctionner « normalement » et présente des caractéristiques quantitatives (abondance, biomasse, richesse spécifique) similaires à celles de juin 2002 (avant travaux).
  • la zone impactée ne ressemble à aucune autre et n’a pas évolué ces quinze derniers mois.
  • une espèce exotique est signalée dans la zone (la moule Musculista senhousia)
  • une campagne d’échantillonnage réalisée en août 2008 a permis de constater que les abords de la souille étaient sales (férailles, poches, etc…) comme déjà constaté en 2002.

Il apparaît donc que la situation reste perturbée 15 mois après les travaux dans la zone impactée de la Dispute, cependant sans modification notable des zones adjacentes aux surfaces de dépôt.

X. de Montaudouin, N. Lavesque et H. Blanchet (Université Bordeaux 1)

SIBA; OSU; Station Marine d’Arcachon

2006dispute15mois.pdf  (615.09 Ko)
2008
28