Herbier

  • Impact du creusement de la nouvelle souille de Dispute sur les peuplements benthiques (+ 8 mois)

    Huit-dix mois après les travaux sur la zone de la Dispute, le constat est le suivant :
    - L’herbier à Zostera noltii a été recouvert sur une 30aine d’ha par les sédiments
    provenant du calibrage de l’Estey du Réservoir et du creusement de la souille de la
    Dispute, soit le double de la surface prévue. Ces sédiments semblent devenir plus
    grossiers dans le temps, sans doute par une action de lessivage des sédiments les plus
    fins.
    - Les peuplements benthiques ont été profondément modifiés. Quantitativement, il y a
    une perte en biomasse qui peut se répercuter par une perte de 14 t de production
    annuelle pour les prédateurs. Qualitativement, la baisse de diversité est nette (richesse
    spécifique divisée par presque 3) et la structure du peuplement bouleversée.
    - L’herbier environnant paraît fonctionné ‘normalement’.
    - La zone impactée ne ressemble à aucune autre et n’a pas évolué ces sept derniers
    mois.

    EPOC- Station Marine d’Arcachon, Université Bordeaux 1- X. de MONTAUDOUIN, N. LAVESQUE, P.-E. FOUQUE, M. COTTET, H. BLANCHET, P. LEBLEU

    2006
    31
  • Impact du creusement de la nouvelle souille de Dispute sur les peuplements benthiques (2010 : + 5 ans)

    Cinq ans après les travaux sur la zone de la Dispute, le constat est le suivant :
    -L’herbier à Zostera noltii a été recouvert sur une 30aine d’ha par les sédiments
    provenant du calibrage de l’Estey du Réservoir et du creusement de la souille de la
    Dispute, soit le double de la surface prévue. Avec le temps, la zone impactée se
    subdivise en deux entités, une zone vaseuse (28 ha) et une zone sableuse (2 ha).
    -L’herbier environnant paraît fonctionner ‘normalement’ et présente des
    caractéristiques quantitatives (abondance, biomasse, richesse spécifique) similaires à
    celles de juin 2002 (avant travaux). La présence récente de palourdes japonaises
    entraîne des biomasses particulièrement importantes. Une espèce exotique s’est aussi
    installée, la moule verte Musculista senhousia, mais comme sur l’ensemble des
    herbiers du bassin.
    -Les peuplements benthiques dans la zone vaseuse ont, au bout de 5 ans, amorcé un
    vrai retour vers l’état initial, que ce soit en termes de couverture d’herbier qu’en
    termes de macrofaune associée.
    -Les peuplements benthiques dans la zone sableuse ont été profondément modifiés et
    aucun retour à l’état initial n’est noté. Quantitativement, il y a une perte en biomasse
    qui peut se répercuter par une perte négligeable de 3,4 t de production annuelle pour
    les prédateurs. Qualitativement, la baisse de diversité est nette (richesse spécifique
    divisée par 2,5) et la structure du peuplement est bouleversée.
    -Nous recommandons la poursuite du suivi, avec un rythme bisannuel.

    Laboratoire EPOC (UMR 5805) - Station Marine Arcachon - Université Bordeaux 1- X. de MONTAUDOUIN, V.T. DO, N. LAVESQUE, H. BLANCHET

    2011
    37
  • Impact du creusement de la nouvelle souille de Dispute sur les peuplements benthiques (2012 : + 7 ans)

    Sept ans après les travaux sur la zone de la Dispute, le constat est le suivant :

    • L’herbier à Zostera noltei a été recouvert sur une 30aine d’ha par les sédiments provenant du calibrage de l’Estey du Réservoir et du creusement de la souille de la Dispute, soit le double de la surface prévue. Avec le temps, la zone impactée se subdivise en deux entités, une zone vaseuse (28 ha) et une zone sableuse (2 ha).
    • La superficie de cette zone sableuse n’a pas bougé depuis 2010 (2 ha).
    • L’herbier environnant paraît, en termes de macrofaune, fonctionner ‘normalement’ et présente des caractéristiques quantitatives (abondance, biomasse, richesse spécifique) similaires à celles de juin 2002 (avant travaux). Cependant, la couverture végétale est très faible, ce site s’inscrivant dans les zones de déclin généralisé de l’herbier.
    • Les peuplements benthiques dans la zone vaseuse ont, au bout de 5 ans, amorcé un vrai retour vers l’état initial, que ce soit en termes de couverture d’herbier qu’en termes de macrofaune associée. Cette tendance est confirmée en 2012 (+ 7 ans).
    • Les peuplements benthiques dans la zone sableuse ont été profondément modifiés et aucun retour à l’état initial n’est noté. Quantitativement, il y a une perte en biomasse qui peut se répercuter par une perte négligeable de mois de 1 t de production annuelle pour les prédateurs. Qualitativement, la baisse de diversité est nette (richesse spécifique divisée par 2) et la structure du peuplement est bouleversée.
    • Nous recommandons la poursuite du suivi, avec un rythme bisannuel.

    Laboratoire EPOC (UMR 5805) - Station Marine Arcachon - Université Bordeaux 1 - X. de MONTAUDOUIN,
    E. SIMONET, LAVESQUE

    2013
    70
  • Impact du creusement de la nouvelle souille de Dispute sur les peuplements benthiques (2014 : + 9 ans)

    Neuf ans après les travaux sur la zone de la Dispute, le constat est le suivant :
    - L’herbier à Zostera noltei a été recouvert sur une 30aine d’ha par les sédiments provenant du calibrage de l’Estey du Réservoir et du creusement de la souille de la Dispute, soit le double de la surface prévue. Avec le temps, la zone impactée se subdivise en deux entités, une zone vaseuse (29 ha) et une zone sableuse (1 ha3).
    - La superficie de cette zone sableuse n’a pas bougé depuis 2010 (1 ha).
    - L’herbier environnant présente un peuplement benthique dont la structure est semblable à celle de l’état initial mais dont les paramètres quantitatifs (abondance, biomasse, richesse spécifique) sont fortement diminués. La couverture végétale est très faible, ce site s’inscrivant dans les zones de déclin généralisé de l’herbier.
    - Les peuplements benthiques dans la zone vaseuse ont, au bout de 5 ans, amorcé un vrai retour vers l’état initial, que ce soit en termes de couverture d’herbier qu’en termes de macrofaune associée. Cette tendance est confirmée en 2014 (+ 9 ans).
    - Les peuplements benthiques dans la zone sableuse ont été profondément modifiés et aucun retour à l’état initial n’est noté. Qualitativement, la baisse de diversité est nette (richesse spécifique divisée par 2) et la structure du peuplement est bouleversée.
    - Nous recommandons la poursuite du suivi, avec un rythme bisannuel.

    Laboratoire EPOC (UMR 5805) - Station Marine Arcachon - Université de Bordeaux - X. de MONTAUDOUIN
    R. PESCAY, B. GOUILLIEUX, N. LAVESQUE
     

    2015
    31
  • Hétérogénéité spatiale des peuplements de la macrofaune benthique associés aux herbiers à Zostera noltii dans le Bassin d’Arcachon

    Ce rapport a pour objectif de quantifier et de comparer les peuplements de macrofaune benthique associés aux herbiers de Zostera noltii du Bassin d’Arcachon.

    L’étude montre une hétérogénéité spatiale des populations de macrofaune benthique associées à Zostera noltii. Les peuplements sont fortement influencés par les caractéristiques des masses d’eau.

    La  densité  de  feuilles  des  herbiers  les  abritant  et  la  bathymétrie  de  la  zone    semblent  moins importantes dans la structure des communautés.

    Ainsi,  les  peuplements  proches  de  l’extérieur  du  Bassin  sont  caractérisés  par  de  fortes  richesses spécifiques  et  la  domination  des  annélides.  Les  stations  les  plus  internes  sont,  quant  à  elles, dominées par des mollusques et les richesses spécifiques sont plus faibles.

    Globalement,  la  forte  biodiversité  des  macro-organismes  liés  aux  zostères,  la  complexité  des relations trophiques liées à cet écosystème et l’efficace oxygénation du sédiment par les zostères sont autant de facteurs démontrant l’importance écologique de ces organismes.

    A. Lucas (stage de DESS – Maitres de stage : X. de Montaudouin, H. Blanchet) – Université de Bordeaux 1

    Université de Bordeaux 1, SIBA

    2003
    29
  • Structure et fonctionnement des peuplements benthiques du bassin d’Arcachon

    La  structure  et  le  fonctionnement  des  communautés  benthiques  du  Bassin  d’Arcachon  ont  été étudiés.  Ces  peuplement  se  répartissent  en  fonction  du  niveau  tidal,  des  caractéristiques  du sédiment,  des  caractéristiques  des  masses  d’eau  sur  jacentes  (température,  salinité,  …)  et  de  la présence d’espèces structurant l’habitat comme les zostères ou les huîtres formant des récifs.

    La  zone  intertidale  apparaît  à  première  vue  relativement  homogène  en  raison  de  l’extension  de l’herbier  à  Zostera  noltii.  Le  peuplement  des  herbiers  est  cependant  modifié  en  fonction  des caractéristiques des masses d’eau sur jacentes, de la bathymétrie et de l’abondance de la végétation.

    De plus, six peuplements ont été distingués sur les estrans dépourvus de végétation en fonction des masses d’eau, de la bathymétrie et des caractéristiques des sédiments.

    Le domaine subtidal abrite également une mosaïque de peuplements benthiques. Une comparaison avec  des  études  précédentes  réalisées  en  1988  indique  une  évolution  de  certaines  zones :  l’abondance de la macrofaune a augmentée dans certains chenaux internes en réponse à une teneur plus  importante  des  sédiments  en  particules  fines ;  dans  les  chenaux  isolés  par  rapport  aux principaux axes hydrauliques la composition faunistique a été bouleversée ; enfin, une extension du peuplement des sables instables océaniques suite à des actions de dragage est observée.

    Les flux de matière/énergie mis en jeu dans le domaine intertidal sont 4 fois plus importants qu’en domaine  subtidal  en  raison  d’une  biomasse  et  d’une  production  globalement  plus  élevées  en intertidal. Au sein du benthos, les principaux flux d’énergie/matière sont engendrés par les bactéries et la méiofaune. L’activité de la macrofaune représente environ 20% du débit total d’énergie dont la très grande majorité est liée aux détritivores. 

    Le taux de recyclage de la matière organique au sein du benthos est donc assez élevé et reflète une particularité  de  cet  écosystème  dominé  par  la  production  du  microphytobenthos  intertidal  et  la production primaire du vaste herbier à zostères naines. 

    L’activité  des  huîtres  dont  le  stock  cultivé  est  équivalent  au  stock  « sauvage »,  combinée  à  celle d’autres suspensivores, consommerait la majorité de la production phytoplanctonique, peu élevée dans les eaux de la lagunes.

    Hugues Blanchet (Université de Bordeaux 1)

    SIBA, Université de Bordeaux 1

    2004
    225
  • Commission Locale d’Information et de Surveillance (CLIS)

    Vous trouverez, ci joint au format PDF, le document présenté par le SIBA lors de la Commission locale d’information et de surveillance de la qualité des eaux du Bassin d’Arcachon qui s’est réunie le 25 septembre 2008 au Lycée de la Mer à GUJAN MESTRAS.

    Pour plus d’informations : Sabine JEANDENAND, Directrice générale des services du SIBA

    SIBA

    2008
    24
  • Impact du creusement de la nouvelle souille de Dispute sur les peuplements benthiques (+15 mois)

    Dans le cadre du Contrat de Plan Etat/Région 2000-2006, il était envisagé des travaux dans le Bassin d’Arcachon visant à limiter la prolifération des huîtres dites « sauvages » principalement installées sur des structures dures d’anciens parcs ostréicoles.
    Le site de la Matelle a été envisagé pour mener un projet pilote. L’un des aspects délicats de ces opérations de nettoyage est le devenir des matériaux. Les ferrailles, bois, plastic, etc… bénéficient d’une évacuation à terre. Deux solutions ont été étudiées pour le devenir des coquilles : clapage dans la Passe Nord ou enfouissement dans le Bassin. c’est la seconde qui a été retenue.
    La zone d’enfouissement se situe au milieu du Bassin, au lieu-dit « Dispute », au bout de l’estey du Réservoir. Cette souille de 4 ha et de 4 m de profondeur, complète une ancienne souille, aujourd’hui pleine, de 0,5 ha. Elle se situe au milieu d’un herbier à Zostera noltii. L’objectif est d’y stocker environ 100 000 m3 de substrat coquillier.

    Quinze mois après les travaux sur la zone de la Dispute, le constat est le suivant :

    • l’herbier à Zostera noltii a été recouvert sur une 30aine d’ha par les sédiments provenant du calibrage de l’Estey du Réservoir et du creusement de la souille de la Dispute, soit le double de la surface prévue. Ces sédiments semblent devenir plus grossiers dans le temps, sans doute par une action de lessivage des sédiments les plus fins.
    • les peuplements benthiques ont été profondément modifiés. Quantitativement, il y a une perte en biomasse qui peut se répercuter par une perte de 14 t de production annuelle pour les prédateurs. Qualitativement, la baisse de diversité est nette (richesse spécifique divisée par 2) et la structure du peuplement bouleversée.
    • l’herbier environnant paraît fonctionner « normalement » et présente des caractéristiques quantitatives (abondance, biomasse, richesse spécifique) similaires à celles de juin 2002 (avant travaux).
    • la zone impactée ne ressemble à aucune autre et n’a pas évolué ces quinze derniers mois.
    • une espèce exotique est signalée dans la zone (la moule Musculista senhousia)
    • une campagne d’échantillonnage réalisée en août 2008 a permis de constater que les abords de la souille étaient sales (férailles, poches, etc…) comme déjà constaté en 2002.

    Il apparaît donc que la situation reste perturbée 15 mois après les travaux dans la zone impactée de la Dispute, cependant sans modification notable des zones adjacentes aux surfaces de dépôt.

    X. de Montaudouin, N. Lavesque et H. Blanchet (Université Bordeaux 1)

    SIBA; OSU; Station Marine d’Arcachon

    2006dispute15mois.pdf  (615.09 Ko)
    2008
    28
  • Station Marine d’Arcachon. Nettoyage des parcs ostréicoles du banc de la Matelle : étude d’impact après travaux (t+3 ans)

    Dans  le  cadre  du  Contrat  de  Plan  Etat/Région  2000/2006,  à  titre  expérimental,  il  a  été  décidé d’opérer un nettoyage sur la partie occidentale du banc intertidal de la Matelle, connaissant une prolifération d’huîtres « sauvages ».  

    Les huîtres devant être enfouies dans la souille de La Dispute, creusée au détriment d’un herbier, une zone de biocompensation d’au moins 14 ha devait être laissée libre de concession ostréicole sur la Matelle pour une éventuelle recolonisation par la zostère naine (Zostera noltii).
    Malgré  les  recommendations  émises,  l’herbier  à  grande  zostère  (Zostera  marina)  de  la  pointe occidentale du banc, de taille modeste, a été détruit. Une éventuelle recolonisation est suivie.
     
    Trois ans après les travaux de nettoyage du banc de la Matelle, le constat est le suivant :

    • l’habitat « récif » a aujourd’hui disparu, ce qui était l’objectif des travaux.
    • l’herbier  à  Zostera  marina  de  0,8  ha,  à  la  pointe  occidentale  du  banc  ne  s’est  pas  re-développé. Les fonds ont changé avec un développement de moules et de crépidules. Ce type de substrat a entraîné une augmentation des effectifs et la diversité de la mégafaune. La présence de crépidules est cependant préoccupante et doit être suivie, leur biomasse ayant été multipliée par 30 en 3 ans.
    • la zone nettoyée et ensablée est colonisée par une faune opportuniste d’invertébrés. Aucun herbier  à  Zostera  noltii  n’a  repoussé.  L’herbier  épars  non  directement  impacté  par  les travaux de la partie orientale du banc a, pour la première année, complètement disparu. la zone  de  biocompensation  ne  doit  donc  pas  être  recherchée  sur  la  Matelle  car  les  zones environnantes  ne  comportent  pas  d’herbier  suffisamment  dense  pour  assurer  une recolonisation.

    X. de Montaudouin, A. Nadau, H. Blanchet, N. Lavesque et B. Gouillieux (Université Bordeaux 1)

    SIBA; OSU; Station Marine d’Arcachon

    2009
    40
  • Commission Locale d’Information et de Surveillance (CLIS) sur la Qualité des Eaux du Bassin d’Arcachon

    Vous trouverez, ci-joint au format PDF, le document présenté par le SIBA lors de la CLIS sur la qualité des eaux du Bassin s’est tenue le 15 octobre 2010 au Lycée de la Mer à Gujan-Mestras.

    SIBA

    clis_2010.pdf  (14.82 Mo)
    2010
    155
  • Régression des herbiers de zostères dans le Bassin d’Arcachon : état des lieux et recherche des causes

    Alors qu’ils avaient jusque là présenté une grande stabilité, à l’inverse de nombreux sites côtiers mondiaux, les herbiers de zostères (Zostera noltii et Zostera marina) du Bassin d’Arcachon ont connu une forte régression depuis les années 2000.

    Différentes causes ont été invoquées pour expliquer ce phénomène : anomalies climatologiques, maladie, sur-pâturage par les oiseaux herbivores, contamination par les herbicides, destruction mécanique par la pêche à pied. Une étude pluridisciplinaire a été mise en place pour étudier l’effet possible de ces différents facteurs, en mettant en perspective l’historique des herbiers et l’évolution temporelle de ces paramètres.

    Après un chapitre traitant de l’évolution récente (2007-2010) de ces herbiers dans le Bassin d’Arcachon, les résultats relatifs aux différentes hypothèses sont présentés. Ces résultats permettent d’écarter certains facteurs présumés explicatifs et d’en retenir d’autres en les hiérarchisant. Enfin, ces travaux débouchent sur la nécessité d’entreprendre des travaux complémentaires, notamment dans le domaine de l’écotoxicologie, et de la lumière parvenant aux herbiers.

    Auby Isabelle, Bost Charles-André, Budzinski Helene, Dalloyau Sebastien, Desternes Amandine, Belles Angel, Trut Gilles, Plus Martin, Pere Caroline, Couzi Laurent, Feigne Claude, Steinmetz Julien

    Ifremer, CNRS, Univ Bordeaux 1, Fédération Départementale des Chasseurs de Gironde, Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), Conseil Général 33, Conseil Régional 33, SIBA

    2011
    195