Gestion des eaux pluviales

Chantier : eaux pluviales
1

Jusqu'au 31 décembre 2017, le SIBA avait la maîtrise d'ouvrage de travaux sur le réseau d'eaux pluviales quand ses dernières venaient perturber le réseau collectif d'eaux usées. Il a également réalisé les Schémas directeurs des eaux pluviales des 10 communes.

Désormais, depuis le 1er janvier 2018, le SIBA exerce officiellement la compétence "gestion des eaux pluviales". Ce qui nécessitera une montée en puissance progressive de ce nouveau service public.

0

Travaux

Ce qu'il faut savoir :

Si depuis près de 40 ans, les communes du Bassin d’Arcachon ont déjà privilégié la mise en place des techniques alternatives pour compenser les méfaits de l’imperméabilisation des sols. Les différents documents d’urbanisme (Schéma Directeur du Bassin d’Arcachon, Plans Locaux d’urbanisme) et le Schéma de Mise en Valeur de la Mer, font référence à ces solutions. Le SIBA tente de déployer avec tous les acteurs du Bassin d’Arcachon (élus, techniciens, entrepreneurs, promoteurs...), une culture commune de la gestion de l’eau pluviale en intégrant, à tous les projets d’aménagement, les techniques présentées qui constituent les solutions alternatives à l’assainissement pluvial traditionnel. Ces orientations sont également portées par les dispositions de la LEMA (Loi sur l’Eau et les Milieux  Aquatiques ) et du Grenelle de l’Environnement.

Ces diverses solutions ont pour fondement :

  • la limitation de la concentration rapide des eaux vers l’aval ;
  • la réduction des risques de dégradation du milieu récepteur par les flux de polluants, en les traitants à la source ;
  • l’infiltration in situ, à la parcelle pour recréer le cycle naturel de l’eau.

«Ralentir, stocker, infiltrer, piéger la pollution»

L’objectif du guide, dans l’espace téléchargement ci-contre, est d’aider les aménageurs publics et privés à mieux connaître les divers outils à sa disposition pour la mise en place d’une gestion optimisée et durable des eaux pluviales.

Cycle des eaux de pluie

Le réseau d'eaux pluviales... en quelques chiffres :

  • 2 300 km de linéaire de fossés, crastes et cours d’eau (= réseau naturel pour drainer le sol en période de crue et infiltrer les eaux de pluie en période estivale (nappe basse))
  • 14 km2 de surfaces dites compensatoires (infiltration et stockage), mis en œuvre depuis 1985 sur l’ensemble du territoire, soit environ 30% du total de zones imperméabilisées du territoire
  • 280 km de canalisation
  • 350 ouvrages de gestion (vannes, clapets ...)
  • 31 postes de pompage

Télécharger